Baisse des ventes de tabac : les buralistes doivent se diversifier

Ces trois dernières années ont été un véritable coup dur pour les buralistes. Les ventes de tabac, le produit phare de leur commerce, a nettement baissé et le constat ne risque pas de s’améliorer de sitôt. Rien que pour cette année, la vente a baissé de 9%. Pour cause, le prix du paquet a augmenté d’un euro en mars dernier. Une augmentation aux lourdes conséquences qui va obliger les buralistes à diversifier leurs activités pour éviter d’être dans le rouge.

En chiffre, 2018 a été une année de plus qui a enregistré un grand recul en vente de cigarette avec 40,23 milliards de cigarettes livrées aux buralistes. Ce qui est nettement loin des 44,36 milliards livrées en 2017, qui est une année ayant enregistré un recul par rapport à 2016. Et si l’on compare au chiffre de vente par rapport aux années 90, les ventes ont tout simplement chuté de moitié. En bref, vu le constat, les années à suivre n’annoncent rien de bon et des mesures sont nécessaires pour que les tabacs puissent continuer leurs activités.

Un prix à la hausse devenu un facteur d’arrêt du tabac

Cette hausse des prix de cigarette est une politique de santé publique qui fonctionne pour diminuer le nombre de fumeurs. Comme il s’agit d’une méthode drastique, elle semble fonctionner quand on constate le recul du nombre des ventes de cigarettes. De ce fait, les consommateurs sont devenus moins enclins à acheter des paquets qui leur coutent un euro de plus. Une consommation qui leur coute en moyenne 240 euros par mois pour un paquet par jour.

Et comme le gouvernement compte encore augmenter le prix du tabac, le paquet pourrait atteindre la dizaine d’euros d’ici l’année prochaine. De quoi décourager les consommateurs qui sont contraints de revoir leur consommation ainsi que le budget qu’ils allouent à la cigarette. En ajoutant à cela la politique du paquet neutre imposée par le gouvernement ou du mois sans tabac, jeunes et adultes deviennent de moins en moins enclins à fumer. Et ce sont les buralistes qui paient le prix fort faute d’une baisse de chiffre d’affaires avec la cigarette qui représente entre 60 et 80% de leur revenu.

Des aides publiques pour les entreprises

La baisse d’activité est tout simplement dévastatrice pour les buralistes. Face à une huitième augmentation du prix des cigarettes en l’espace de deux ans, difficile pour les fumeurs de maintenir leur consommation et pour les buralistes, une augmentation est tout simplement synonyme de perte.

Toutefois, afin de compenser cette baisse d’activité, le gouvernement prévoit une aide aux commerçants de tabac. C’est l’année dernière en février qu’un accord a été signé pour aider les buralistes à pérenniser leur activité commerciale. Le gouvernement a donc prévu un fonds temporaire d’une valeur de 80 millions d’euros d’ici 2021.

Ainsi, ce fonds est accordé aux buralistes qui souhaitent continuer leur activité. Ces derniers peuvent alors bénéficier d’une aide de 40% dans le cadre de la rénovation de leur point de vente. Le financement est plafonné à 33.000 euros dans le cadre de l’amélioration du local commercial. Ce financement convient surtout dans le cadre d’une diversification d’activité du buraliste. La prime pourra par exemple servir à approvisionner le magasin d’autres catégories d’article que ces derniers pourraient vendre à l’exemple des cigarettes électroniques. Il suffit de se tourner vers un bon fournisseur pour trouver de bon produit. Dans la Capitale, on peut trouver un bon grossiste e-cigarette qui peut approvisionner toutes les boutiques grâce aux 8500 références qu’il propose. Il s’agit d’ADNS, grossiste en cigarette électronique qui propose un accompagnement pour toute boutique qui s’est mise à la commercialisation d’e-cigarette.

La cigarette électronique : un marché en plein essor

Si la cigarette classique enregistre un très grand ralentissement d’activité, son homologue la cigarette électronique quant à elle enregistre une très grande hausse. La preuve ? Le nombre d’utilisateurs de la e-cigarette a tout simplement doublé en l’espace de trois ans. Ce qui fait du produit un must pour les buralistes qui souhaitent diversifier leurs produits. Un buraliste peut alors solliciter l’aide d’un grossiste en cigarette électronique pour l’aider à créer une boutique consacrée à la vapoteuse à l’intérieur de sa boutique. Grâce à ce secteur en pleine croissance fulgurant, le commerce d’e-cigarette constitue tout simplement une alternative intéressante à la vente de cigarette traditionnelle.

         ADNS, un grossiste e-cigarette pour vous accompagner dans la réussite de votre commerce

Se lancer dans le commerce de la cigarette électronique ne doit pas se faire de manière hasardeuse. Il est important de choisir les bons produits à vendre ainsi que les accessoires. Ce qui fait qu’il est recommandé d’être accompagné par un professionnel de la cigarette électronique qui pourra donner des conseils sur les meilleurs articles que l’on peut commercialiser. Avec l’aide d’un bon partenaire, on peut également être à l’affut de toutes les nouveautés concernant la e-cigarette. Cela dit, quoi de mieux qu’un professionnel des matériels de vape en position de leader sur le marché français depuis 2013 pour vous aider. ADNS grossiste en cigarette électronique a pu approvisionner jusqu’à ce jour pas moins de 4500 boutiques. De plus, vous pourrez bénéficier d’une certaine avance face à la concurrence en choisissant un professionnel du secteur de la vape, à savoir les meilleures marques d’e-cigarettes et e-liquides qui sont 100% d’origines.

            Les meilleures marques d’e-cigarettes

Chez ADNS grossiste en cigarette électronique, vous retrouverez les meilleures marques de fabricants de vapoteuses à au meilleur prix grâce à son partenariat avec de nombreux fabricants. Ainsi, vous pouvez profiter de 220 marques de matériel comme Joyetech, Geekvape, Eleaf, Vaporesso ou Smoktech qui font partie des incontournables pour un commerce d’e-cigarette.

            Les liquides incontournables pour les cigarettes électroniques

Quand on commercialise des cigarettes électroniques, difficile de faire l’impasse sur les e-liquides, la substance utilisée pour faire fonctionner le gadget. Et avec ADNS grossiste en cigarette électronique, vous avez le choix parmi 2600 e-liquides que vous pourrez commercialiser.

Conclusion

Face à la baisse fulgurante des ventes de cigarette classique, un buraliste ne peut que diversifier ces activités pour pérenniser ses activités. Et parmi les activités lucratives auxquelles le buraliste peut se lancer, il y a la vente de cigarette électronique, un marché en pleine expansion qui pourrait leur permettre de continuer leur activité en toute sérénité. Pour cela, il peut compter sur un grossiste en cigarette éléctronique comme ADNS ainsi que l’aide financière du gouvernement qui peut aller jusqu’à 33.000 euros. Ces deux aides ne peuvent être que d’une très grande efficacité pour un buraliste souhaitant continuer ses affaires.


Hébergement web illimité




Laisser un commentaire